Discover : Divine Covenant

Cards and guidebook entirely bilingual (English-French)

See the deck     Draw a card

It’s been said that our language is a journey of the soul.  If that’s so, I seem to have entered this world with a suitcase !  I departed from a country called « English » and have arrived in another, called « French. »  I find my homeland on the page, whichever language I choose.  I like what happens there : this threefold encounter of author, reader, and the page that brings us together.  There, the mystery of our connection expresses itself over and over, thanks to the intangible medium of consciousness, where our thoughts come and go, meet and disperse.  I thank all those who agree to enter and share this space with me.

Louise Thunin, born in the United States (New Jersey), is a bilingual author.  She has published short stories, novels and three books of creative non-fiction, chronicling, in diverse forms, her experiences as a chaplain in a men’s prison.  Her most recent work is an « oracle »  deck, Divine Covenant, Biblical wisdom cards, accompanied by a guidebook.  This strikingly illustrated deck is one of a kind, and its presentation is entirely bilingual. You can enjoy it alone or with others.  The set will be available during the summer of 2016.

La Grille

« Pourtant, je suis persuadée d’avoir fermé la grille »

         Linda était la fille d’immigrés allemands, un couple de braves protestants d’origine paysanne, à l’accent de la Basse-Saxe.  La famille, c’est-à dire Linda, son frère Eric, et leurs parents, habitaient une maison modeste mais confortable dans une petite ville du New Jersey.  Leur rue, à 20 minutes à pied de la mienne, était ombragée par de magnifiques érables.

         Au cours de son année de terminale, Linda tomba amoureuse.  Rien de plus banal, me direz-vous, mais attention, elle tomba amoureuse de l’Eglise Catholique. Je ne sais si c’était les yeux ténébreux de Jean XXIII qui l’ont séduite, ou les offices de cette vénérable institution, où symboles, encens, liturgie  et mystère (on célébrait encore, tout juste, en Latin) devaient se bousculer dans le cœur mystique et influençable de l’adolescente. 

CREME de LAIT

Elle a un grain de peau sans grain, si tu vois ce que je veux dire : mince couche de crème sur le lait qui a bouilli qui a refroidi.  Y en a que ça dégoûte, moi non, j’aime en mettre les drapés, les lambeaux dans mon café noir ciel-nocturne puis voir les bords se transformer doucement en cumulus blancs. 

            Je laissais traîner mon doigt sur sa joue, c’était comme si j’allais déguster la crème fleurette qu’elle est tout entière.  Elle, elle m’attrapait le doigt pour le porter à ses lèvres.  Elle a les lèvres fines des filles qui lisent des bouquins et passent des examens, mais elle, elle n’en a jamais passé.  Vingt-deux ans et déjà quatre de trottoir.  Au début elle avait ce teint blanc limite gris des gamines des pays de l’est nourries qu’à la patate à l’eau.  Depuis le temps elle a pris des couleurs.  Ça lui arrive de rougir aussi, de gêne et même de plaisir.

Freeing Life

Something struck home when I read this phrase of Krishnamurti’s last night (Life in Freedom) : ˝Once you have liberated Life…˝ And here I realize – I who have been hoping for awakening, hoping Life will free me – that I’ve been mistaken!  I don’t have to be liberated, to awaken, for freedom is my essential nature.  On the other hand, it’s up to me (i.e. the individual I take myself for) to free the Life that animates my being, to free It from the obstacles of my beliefs, cellular memories, and programming. It’s my mission as a human being. I think I finally understand what Etty Hillesum means when she writes that it’s we who must ˝ help˝ God.